Article du courrier picard

Mercredi 23 Février 2011

CLERMONT L'hôpital «envers et contre tout»

Le comité de défense des deux hôpitaux clermontois veut garder le centre hospitalier général, un établissement de proximité.

Le comité de défense des deux hôpitaux clermontois veut garder le centre hospitalier général, un établissement de proximité.

Le comité de défense reste convaincu de la nécessaire reconstruction du centre hospitalier. La décision de l'agence régionale de santé serait connue en juin.

Il faut maintenir le centre hospitalier», insiste le comité de défense des deux hôpitaux clermontois que sont le centre hospitalier général et le centre hospitalier interdépartemental (CHI).

Il s'inquiète de l'avenir et les propos tenus par Christophe Jacquinet, directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) dans une interview donnée au Bonhomme picard n'a pas rassuré les membres du comité. Toujours dans l'attente de la décision de l'ARS sur le projet de reconstruction de l'hôpital...

Elle sera prise à la fin du premier semestre2011 «alors qu'elle était d'abord annoncée pour la fin du premier trimestre», rappelle les membres du comité. « L'ARS n'a jamais parlé d'une autre date», assure la structure par la voix de son directeur.

Une pétition circule, une réunion publique est annoncée

La Picardie est une des régions les moins bien dotées, notamment le territoire de santé Oise Ouest (Beauvais-Clermont) se place au dernier rang des cinq territoires de santé en nombre d'établissements de santé et de lits.

Christophe Jacquinet met en avant les chiffres du centre hospitalier général de Clermont: trois actes chirurgicaux par jour, 6 Clermontoises sur 10 n'accoucheraient pas à Clermont. «On peut reprendre, point par point, ce qu'il présente en mettant des nuances», estime Fanny Schotter, sage-femme et secrétaire CGT du CHG et à l'ARS.

Pour la maternité par exemple, « malgré une hôtellerie déplorable, nous avons une offre de qualité de soin. Nous maintenons l'activité et même nous l'augmentons. Mais ce n'est pas possible d'avoir 700accouchements », poursuit-elle.

Le comité de défense dit défendre cette qualité. Le personnel encadre, accompagne les malades, les futures mamans... «Cela contraste avec la politique actuelle qui est comptable», déclame Fanny Schotter.

Mais la décision n'est pas encore prise. D'ici-là, ses membres comptent bien sauver leur hôpital. «C'est pour l'avenir du bassin clermontois mais aussi liancourtois, mouysard, saint-justois. Si l'hôpital n'est pas reconstruit, voire fermé, ce serait un vrai désert médical», reconnaît Fanny Schotter.

Une pétition circule, une réunion publique sera mise en place par le comité pour informer la population. «Nous, nous tirons la sonnette d'alarme mais c'est à la population de bouger», affirme-t-elle. L'établissement est bien noté, bien placé, « il faut qu'il le reste, il faut le maintenir envers et contre tous», martèle le président du comité de défense des deux hôpitaux, Edmond Vella.
Une réponse rapide demandée«Si on ferme l'hôpital, que nous offre-t-il à la place? Comment les hôpitaux de Creil et de Beauvais vont faire pour absorber la population de Clermont?» s'interroge Fanny Schotter qui demande surtout une réponse rapide.

«Soit l'ARS entérine le projet et nous laisse nous reconstruire, soit elle assume de ne pas reconstruire ce qui amènera la fermeture de la médecine, de la chirurgie, de la maternité...» Pourtant, le projet a des qualités, note Fanny Schotter, «on mutualise les services annexes avec le CHI tout en restant public et sur le même secteur. Pour la population, on garde la qualité de l'offre de soin».

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×